Cogitation (ça se dit ça?)

Je rentre de vacances à l’heure où je commence cet article (et si ça se trouve je ne vais le publier que dans deux semaines, alors ça ne voudra plus rien dire mais pas grave il me fallait une introduction).

Bref, là n’est pas la question.

Je suis partie avec une amie et nos quatre enfants (deux chacune je te rassure c’est déjà bien suffisant!) et forcément, on a beaucoup beaucoup beaucoup parlé mecs.

Oui parce qu’on parle que de ça en fait…

Et toi lecteur homme, tu parles de femmes et de plans cul avec tes potes?

En tous les cas, on sature. Moi ça va faire deux ans que je suis séparée, un peu moins que j’étais sur les sites (j’y suis plus trop, j’ai encore mon compte tinder mais je ne like personne donc ça ne fait pas avancer le binz), et le constat est simple: beaucoup de temps passé à discuter avec des hommes hyper disponibles au début et rapidement plus du tout. La question étant « où trouvaient ils le temps quand ils écrivaient à longueur de journée??? »

Tu vas me dire qu’ils ont plusieurs contacts et que donc ça tourne. Je n’en suis pas si sûre.

Autant R le beau gosse oui c’est sûr. Autant les autres pas forcément, mais je pense tout simplement qu’ils n’ont pas besoin d’une nana. Discuter a pu les amuser une, deux, trois semaines… et ils passent à autre chose. Pas forcément une autre, juste à autre chose.

C’est dire toute l’importance qu’ils accordent au fait de trouver quelqu’un. C’est donc également révélateur du fait qu’ils ne sont clairement pas prêts à s’investir.

Et du coup je me pose la question: pourquoi ce sont justement ces hommes là qui m’attirent???

Tu me vois venir hein?

Ben oui, parce que je n’ai pas envie de plus au fond de moi. Alors oui, je rêve de promenades main dans la main, de réveils câlins et coquins avec la même personne et pas différents partenaires selon leur disponibilité (c’est glauque non? pas pire que de rentrer chez toi au milieu de la nuit parce que t’as même pas envie de rester dormir avec lui), mais je n’ai plus l’envie ni la patience ni une once d’espoir de tomber dessus un jour, en tous cas pas par l’intermédiaire des sites…

Et je me rends compte que je perds tellement de temps à attendre ça en vain…

Moi je rêve de percuter mon évidence dans la rue, que nos regards se croisent et que nous tombions tous les deux sous le charme… quoi??? oui je suis fleur bleu et alors?

Marre des « cc tu vas bien? tu passes? »

Je veux pouvoir avoir un câlin sur demande, et pas après négociation de chez qui, quel jour, à quelle heure.

J’en peux plus de ces baratineurs (je t’ai parlé de M. mais malheureusement c’est loin d’être le seul).

Finalement je préfère les types qui annoncent la couleur à ceux qui font genre « tu me plais » alors qu’au final ils ne te considèrent que bonne à b****

Ouais je sais, je suis remontée… mais cette fois c’est vraiment trop je crois.

Bon courage à toi si tu bosses, j’ai repris aujourd’hui et t’as vu comme je suis motivée…

PS: finalement je l’aurai publié le même jour que celui où j’ai commencé à l’écrire 😀

Publicités

M., la surprise

Début janvier, un match sur happn.

On discute, beaucoup. Il est plus jeune (5 ans d’écart) et pas d’enfants, en général j’aime pas trop parce que si il en veut… moi je commence à « être trop vieille pour ces conneries », bref, les miens grandissent quoi, pas sûre d’avoir envie de remettre le couvert, même si il ne faut jamais dire jamais.

On doit se voir mais il annule pour un truc louche. C’est reporté mais encore annulé et il devient distant. Je lui envoie ma soufflante habituelle que si il a changé d’avis il n’a qu’à le dire et être juste honnête. Il m’invente un prétexte à la noix. Et disparaît.

Il revient un mois après. il est accueilli de façon glaciale.

Oui parce que bon quand même…

[Petite parenthèse les garçons.

Nous ne sommes pas toutes des cruches!

On se doute bien que vous pouvez potentiellement avoir plusieurs discussions, avoir un rencard avant un autre, qui se passe bien et que du coup vous préférez en rester là. Mais c’est là que l’erreur est commise: être honnête ne ferait pas de mal! Dire « désolé j’ai rencontré quelqu’un » plutôt que disparaître comme un conn*** en espérant nous garder sous le coude au cas où ça ne marcherait pas avec l’autre…

Je sais, certaines femmes agissent comme ça. Mais pas toutes. Moi non en tous cas.]

Bref, je lui ai dit tout ça, que son silence ressemblait plutôt à une rencontre et que je n’avais pas cru en son excuse bidon. Il a continué à nier. Je ne saurai pas mais les choses sont dites.

On discute de temps en temps. Et là, un évènement va venir bouleverser mes plans (en fait j’en avais pas vraiment pour lui). Il va être muté. Loin. Je n’ai qu’une vie, profitons en, je me décide enfin à aller le voir. Et il me plaît. Et on finit dans son lit.

On va se voir plusieurs fois. Mais à chaque fois c’est moi qui propose (rapport à ma disponibilité).

Et là, encore un imprévu: il ne part plus. Ah mince. Parce que moi je me disais en septembre c’est fini. Du coup ça change tout, parce qu’à la base, on ne voulait pas de plan cul, donc ça veut dire quoi?

J’ai essayé de lui faire comprendre que j’avais envie de passer du temps avec lui. Mais il a vendu sa maison, il doit faire ses cartons, ok…. genre tu vis plus du tout?

Bref, encore un avec sa vie remplie, un qui n’a pas le temps, qui ne sait pas ce qu’il veut.

Oui tu vas me dire « il a pas accroché ». Alors pourquoi me dire que je lui plais beaucoup? Je précise, il l’a dit après m’avoir mise dans son lit. Plusieurs fois. On dit que les femmes sont compliquées…. Mais moi aussi j’aurais besoin d’un mode d’emploi des fois…

Alors voilà, M. me plaît, encore une fois ça s’explique pas. Mais je sens que je vais encore me ramasser avec lui. Alors je prends mes distances.

Encore.

pppppppppfffffffffff

EDIT:

Voilà, j’ai eu ma réponse quant à la considération qu’il a pour moi: après plus de deux semaines de silence total, reprise de contact samedi soir à 22h30.

On papote et  là il me propose de venir le voir. Bah oui, facile. Il est 22h30, j’ai 45 minutes de route, tu rêves. Je lui dis qu’il est tard, qu’il aurait du se réveiller avant tard, et lui de me dire « tu veux plus me voir », « t’as trouvé un homme »… là je comprends que pour lui je ne suis vraiment qu’un plan cul, monsieur « je ne veux pas de plan cul »…. déjà pour m’écrire à cette heure là… il aurait aussi pu m’écrire dans l’après midi et on aurait passé la soirée ensemble, plutôt que se voir juste pour le sexe.

Sous entendre que j’ai rencontré quelqu’un en gros ça veut dire que je peux chercher car nous c’est rien finalement. Il m’a reproché que je ne donnais plus de nouvelles, j’ai répondu que la dernière fois j’avais donné mes dispos et qu’il n’était pas disponible. Je deviens vraiment dure à cause de tous ces mecs, avant jamais je n’aurais dit ça, j’aurais été gentille et arrangeante…

Bref je serai pragmatique, quitte à prendre un plan cul, je reste sur un proche de chez moi, faut pas déconner non plus.

Alors même si je t’aimais bien, ben….. ciao M.!

La Biz!!!!

R., le beau gosse au sourire ravageur

Attention… avec lui, je me suis lâchée! Mais les détails là dessus seront dans un second article, même si déjà rien que la rencontre était très caliente!

Eté 2017. Un match sur tinder. Il me fait remarquer qu’on est dans le groupe de course de la ville tous les deux mais lui pas très actif. On va finir sur adopte puis messenger.

Il me propose de jouer à action ou vérité. J’aime pas ce jeu, ils finissent toujours par te montrer ou te demander des photos de cul, bref j’accepte en me disant que je vais l’envoyer balader. Mais il sait être subtil.

Je me souviens que quand je demande une photo de la partie de son corps qu’il préfère (oui je provoque je sais), il m’envoie une photo de sa main.

Le lendemain, il me fait part d’une envie lol. Et me propose de venir chez lui le soir.

J’arrive en bas de l’immeuble, il vient m’ouvrir. Il a un sourire de fou, un regard qui me fait fondre sur place et… je l’embrasse directement! JAMAIS j’ai fait ça! mais la vache, le regard + le sourire c’est juste… arf! (il me fait toujours le même effet en plus!)

On monte dans les étages mais ça devient très chaud dans la cage d’escalier, très très très chaud, et chose rarissime (je suis assez compliquée et en général j’ai besoin de voir la personne plusieurs fois pour atteindre l’extase), je prends un pied de folie!

On va passer plusieurs heures ensemble, ce sera sensuel, charnel, torride. Bref exit Nicolas, R. est le meilleur coup de ma vie!

Mais R. est un courant d’air. Arf, il me plaît, je vais même avoir l’impression de m’attacher à un moment. Mais avec le recul, aujourd’hui, je sais bien que je ne le supporterais pas dans la vraie vie.

On continue à se voir de temps en temps, mais là tu vois rien depuis mi mai.

Et ce qui m’énerve c’est qu’il ne m’écrit quand il a envie de…. alors que moi je trouve que c’est important de susciter le désir. Avec Nicolas, mon commercial marié, on s’écrivait tout le temps!

Mais je l’aime bien, c’est un type attachant, alors je le garde sous le coude. Et on papote de plein de choses.

J’ai d’ailleurs trouvé un joli slogan dernièrement: « on se voit on papote on fricote ». Mignon tout plein non?

Bon le souci c’est qu’à se voir si peu, je trouve qu’on perd en complicité, et du coup c’est moins torride qu’avant, même si ses caresses me font beaucoup d’effet, va savoir pourquoi…

 

La biz!

Et bonnes vacances! ❤

J’ai testé…. à peu près tout en matière de sites!

Alors on va commencer par les pires!

Lovoo, qui, comme je vis dans le sud (de la Normandie mdr) me montrait des anglais. Mouais techniquement ça commence à être compliqué les mecs là … J’ai du y rester 5 jours, un truc de fou, plein de visites, de messages, une sensation de harcèlement rarement vécue! Bref j’ai détesté, le pire de tous!

Juste après, y’a pof, alors je crois n’avoir jamais vu autant de faux profils que là dessus. Les mecs qui vivent loin mais « l’amour donne des ailes ». Mon c** oui,  avant l’amour y’a un peu des étapes et 400 km entre nous  c’est sûr, ça va pas aider!

Sur pof y’aura eu mon marié de Limoges que j’aurai jamais vu cause distance (oui encore un je sais, ah non je t’ai pas encore raconté, bon ça viendra, promis), et deux rencards: Arnaud, sympa mais malgré 3 rdv, y’avait pas le truc… et Emmanuel, moi j’avais accroché mais pas lui mdr…

Exit pof quoi.


Once
: autre vivier à faux profil. On te demande de noter noter noter, tu passes ton temps à noter des visages (pas la description qui m’intéresse tout autant) de 1 à 5 étoiles et on est sensé te proposer des profils qui te correspondent…

Alors moi des jeunes, des vieux, des très loin (plus de 200km), aucun match, aucune discussion… j’ai fait plusieurs tentatives j’ai laissé tomber.


Adopte un mec
, pareil, très jeunes (20-25 ans) ou trop vieux (50) et moi j’en ai 38 et vraiment des soucis avec la différence. J’ai essayé avec Charly le petit romantique, il était mignon mais il avait 28 ans et …..arf non quoi.

Y’aura 54 dont je t’ai parlé, lui sera la seule vraie rencontre de adopte. Remis et désactivé plusieurs fois aussi.

Finalement, mon vivier sera sur badoo. On me dit c’est que du cul, mais j’ai pas trouvé ça pire qu’ailleurs. J’y aurais fait de belles rencontres.

J’ai aussi testé tinder mais c’est assez mort dessus, alors même si parfois badoo me gonfle, j’y reviens parce que c’est le seul où j’arrive à pécho comme on dit lol.

J’y ai fait des rencontres de plusieurs types: les plans cul oui, mais aussi des copains, et des types avec qui il aurait pu y avoir plus si y’avait eu feeling à la rencontre.

En ce moment? J’ai remis badoo et tenu trois jours. J’ai craqué quand j’ai reçu un message d’un type de 52 ans, puis d’un de 56.

Alors là c’est tinder histoire de liker ou not, ça m’occupe mais je ne parle avec personne…

Ah si, j’ai testé happn aussi, où j’ai fait une rencontre en début d’année, concrétisée en juin, mais…. encore un qui ne sait pas / n’a pas le temps, bref avec le temps j’ai fini par admettre que si je les intéressais vraiment, ils se donneraient la peine, non? Pourtant lui il a ramé pour m’avoir. Sinon rien sur happn.

J’ai voulu tester le payant en me disant que les mecs seraient plus sérieux, et avant de payer l’abonnement j’ai attendu pour voir les visites que j’avais et……. j’ai tout viré sans payer!

La biz!

 

Le commercial… marié!

J’ai dit pas de tabou… je raconte tout… quitte à déplaire…

Oui j’ai fréquenté des hommes mariés. Trois en tout. Un sur lequel on ne s’étendra pas, vu une seule fois et trop dans la bitchzone. J’ai pas du tout aimé et monsieur, pardonnez moi du terme, s’est fini avant de me faire grimper au rideau. T’as compris hein? Bref.

(NDRL: j’avais pourtant prévenu que je suis un diesel…)

Les deux autres…. furent de belles histoires, et tristement plus belles à elles seules que toutes celles avec les célibataires indélicats réunies…

Aujourd’hui je vais te parler de Nicolas, qui ne s’appelle pas comme ça mais je n’ai jamais su comment il s’appelait  😀

On discute sur badoo, on a envie de se voir. C’est compliqué niveau planning, et là mieux vaut tard que jamais, je comprends que monsieur n’est pas célibataire. Je lâche l’affaire.

Et j’y repense.

Je me dis après tout, sa femme n’a pas besoin de moi pour avoir des cornes. C’est lui le fautif. Pas moi. Oui c’est un peu raccourci mais moi je n’ai pas pris d’engagement avec qui que ce soit.

Je reprends contact. Il me dit ce soir ou jamais. Je suis joueuse. Je le rejoins dans sa chambre d’hôtel. Oui…. J’ai fait ça ! Il est très doux, ne me brusque pas et….. Ouah quoi. Un truc de fou. Une compatibilité sexuelle proche de 100%.

Avec lui je vais enfin connaître l’épanouissement sexuel. Je pense même que c’est grâce à lui que j’en suis là. On discute tous les jours, à longueur de temps, de tout et de rien. Le sexfriend au sens littéral du terme. Très proches et très complices. Je lui raconte mes rencards tordus. Il me dit que les mecs n’assurent pas.

On se verra pendant 10 mois. Des moments très complices qui ne sont pas étrangers à ma phase de reconstruction et de retrouvailles avec ma confiance en moi. A chaque fois de mieux en mieux, il est à l’écoute et s’adapte à mes réactions.

Je me souviens même d’un jour où il devait traverser la France d’ouest en est, on a discuté pendant des heures… simple et fluide!

Son entreprise est vendue, il perd son job. On discute de temps en temps mais on sait qu’on ne se reverra pas.

En tous cas grâce à lui, et je finirai par me rendre compte que grâce à tous finalement, j’ai évolué et me suis peu à peu reconstruite.

Merci Nicolas.

Parce qu’à côté de lui, les célibataires que je vois ne m’écrivent que lorsqu’ils ont un besoin pressant. Ils ne demandent pas comment je vais, si j’ai les enfants ou quoi, mais « tu fais quoi là maintenant je peux peux venir/tu viens? ».

Pourquoi mais pourquoi les mariés sont-ils plus respectueux???? Quelqu’un a-t-il une idée???

La biz!

On l’appellera 54

Ah lui…….. arf…. mon premier vrai coup de cœur…

54, c’est un de mes contacts qui lui a donné ce surnom. C’est juste son adresse!

Alors lui…

J’ai testé un peu tous les sites gratuits. Je débarque sur adopte. Il ne se passe pas grand chose. Ils sont (très) souvent beaucoup plus jeunes, beaucoup plus vieux ou beaucoup trop loin. La misère quoi.

Je désactive.

Et je reçois un mail me disant que j’ai eu un charme. Ah ben mince. J’y retourne parce que j’ai du louper un truc…. Et je regarde quand même. Oh ! Mon âge, ma ville ! Nous engageons la conversation. C’est très sympa. On passe aux SMS puis on décide de se voir.

Puis il me propose de faire un aller retour sur Paris pour aller voir une pièce de théâtre (on est à 2 bonnes heures à peu près). C’est parti. On va se prendre les embouteillages mais moment très sympa, très naturel, on a parlé de plein de choses. Retour un peu plus compliqué avec la fatigue mais on décide de se revoir.

Ce sera la semaine suivante. Encore un moment très agréable. Je le raccompagne chez lui, oui comme il avait organisé la première, j’ai organisé la seconde.

Il me lancera un regard qui en dit long mais s’éloignera trop pour que je puisse tenter un baiser.

Le mois de juin est chargé pour lui professionnellement parlant. Soit. Je ne suis pas pressée. Mais le temps passant, pas de messages… Des réponses quasi instantanées aux miens mais jamais de message de sa part. Je finirai par laisser tomber.

L’ironie c’est qu’on est voisins, 300m nous séparent, on se croise régulièrement mais c’est devenu la friendzone totale.

Mon premier coup de cœur, ma première déception.

Alors il avait quoi qui clochait ? Je ne saurai jamais. Il m’a dit que je lui plaisais. Mais les paroles ne remplacent pas les actes.

Il a un regard ce type… C’est dommage, mais c’est comme ça. Il fait partie de ces célibataires qui ont rempli leur vie et qui n’ont pas le temps. Enfin je crois.

La biz! 😜

Qui suis je?

J’aurais peut être du commencer par ça.

Mais j’avais pas envie!

Alors je suis née en juillet 1979, je suis lion, le caractère va avec. Quelqu’un d’entier, qui donnerait sa chemise pour ses amis mais qui ne laisse qu’une chance. Je ne suis pas rancunière, mais j’estime que si t’as trahi ma confiance une fois, tu recommenceras.

Mais en fait je suis comme ça juste parce que je suis quelqu’un d’hyper sensible.

Bref, j’ai rencontré l’homme qui a le plus compté juste avant mes 20 ans. Avant j’avais eu des amourettes, quelques relations censurées mais pas plus que ça. On est resté 17 ans ensemble.

Le mot « resté » est volontairement choisi. On s’est pas quittés quoi. Et pourtant pour moi c’était l’homme de ma vie, je ne me suis jamais posé de questions.

Et puis un jour, il m’a annoncé qu’il avait rencontré quelqu’un, qu’on allait vendre la maison etc… (oui ce n’est pas le roi de la délicatesse).

La terre s’est effondrée sous mes pieds. On partait en vacances le lendemain, je n’étais plus que l’ombre de moi même. Je ne dormais plus, je ne mangeais plus. Une période vraiment très éprouvante.

Deux choses m’ont aidé: le soutien d’amis, dont une en particulier, qui était passé par là avant. Qui m’a dit tu peux me détester mais tu verras j’ai raison.

Qui m’a dit deux choses criantes de vérité qui m’ont permis d’avancer:

  • on ne reste pas ensemble pour les enfants
  • tu ne peux pas le forcer à t’aimer

Et puis un autre ami m’a dit: « Courage. Tu es presque au fond. Quand tu y seras, donne un bon coup de pied. »

Un jour j’ai touché le fond. Je m’en souviens. Ma sœur était là, on était chez mon père, avec les enfants, et lui du coup n’était pas venu. On cohabitait encore. Le soir je suis rentrée et j’ai commencé à pleurer. Sans pouvoir m’arrêter. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps ce soir là. Et c’est au sens propre que je le dis, parce que je n’ai pas pleuré pendant de long mois après ça. Bon j’ai eu une gueule de bois le lendemain, pire qu’une cuite!

Mais j’ai touché le fond ce soir là. et j’ai repensé au conseil. J’ai donné un coup de pied. et j’ai rebondi. De façon inattendue. Surprenante. Au point où on m’a souvent dit, et on me dit encore, que quelque part il m’a rendu service en me quittant. Je m’étais éteinte, adaptée à lui, oubliée.

Et là la deuxième chose intervient: j’avais commencé à courir. Je m’y suis mise sérieusement au moment de la séparation: me faire mal physiquement pour oublier la douleur psychologique. Un groupe facebook composé de gens qui courent. De belles rencontres, je me suis fait des copines et des copains, et ça m’a énormément aidé ça aussi.

Je t’ai déjà raconté J., mon premier. C’était fin octobre. Mon ex n’a pas supporté de me voir sortir, je ne lui disais rien mais il a compris. Il a quitté la maison.

Quelques mois plus tard, nous l’avons vendue. il m’arrive de passer devant, avec ce pincement au cœur du gâchis incontestable.

Parce que les enfants n’avaient rien demandé, et qu’ils ont subi.

Je ne suis pas fâchée, j’ai vécu des trucs plus difficiles, mes enfants sont en bonne santé.

La seule chose pour laquelle je lui en veux, c’est de ne pas m’avoir parlé avant. De ne pas avoir voulu nous donner une chance.

Il a bien essayé quand j’ai eu mon rebond. Mais il était trop tard, j’avais tourné la page. Rangé le livre. J’en choisissais un autre.

Et oui, je te l’ai dit, je mets le temps mais quand c’est fini, c’est fini.